L’île de Tatihou, située au large de Saint-Vaast-la-Hougue est un espace naturel de 28 hectares. Gérée par le Conseil Général depuis 1990, Tatihou est affectée par l’Etat au Conservatoire du littoral et des espaces lacustres en 1988.

L’île qui est désormais ouverte aux visiteurs, présente un musée maritime, des jardins, un lieu d’hébergement mais surtout sa Tour Vauban.

HISTOIRE

Nous sommes au XVIIème siècle, Louis XIV, règne sur le peuple fraçais. Il est à l’apogée de son règne. Nous devons pour nous protéger des futures attaques de l’ennemi, fortifier toutes les places qui pourraient nous protéger de l’adversaire, notamment des frappes que les anglais ont pris l’habitude de donner.

En 1686, Vauban de retour de visite dans notre Cotentin, demande à son ministre Louvois, de fortifier deux points :

– Cherbourg, qui comme la plupart des ports de la Manche est dans l’incapacité d’accueillir et de protéger les navires de guerre et dont les fortifications lui paraîssent insuffisantes,

– La Hougue, où les anglais en ont fait leur zone de débarquement et cela depuis des décennies.

C’est après la bataille contre les anglais en 1692, où nous connaîssons un échec puisant, que le roi décida de confier à Benjamin De Combes, sous les ordres de Vauban, la construction des deux tours.

Nous sommes alors en 1694, la tour voit enfin le jour. D’une hauteur de 21 mètres et d’un diamètre de 20 mètres, elle est composée, sur 3 niveaux, d’un magasin à poudre, d’un logement pour 80 hommes et d’une plateforme pour 10 pièces de canons. La Tour est entourée d’une ferme fortifiée comportant casernement et chapelle.

Mais, ce fut un peu tardivement qu’elle vut le jour.

Laissée à l’abandon, elle accueillera lors de la 1ère guerre mondiale, des prisonniers.
Et lors de la seconde guerre mondiale, les allemands, y aménageront deux blockhaus.

De 1948 à 1984, des jeunes en difficultés prendront place sur l’île qui devient un centre de rééducation.

La tour Vauban sera restaurée en 1992.

Aujourd’hui, ce sont plus des monuments touristiques que de véritables fortifications de guerre.

Elles guident les pêcheurs rentrant au port.

Les touristes peuvent y accèder à marée haute par un bâteau ou à marée basse à pied.

Véritables œuvres, les deux Tours sont désormais classées au Patrimoine mondial par l’UNESCO et font parties du réseau Vauban, parmi d’autes authentiques fortifications.

(source: http://www.saintvaast.fr/pageLibre00013108.aspx)

Leave a comment